L’achat d’une propriété à revenus n'est pas qu’un simple investissement, c’est aussi se lancer en affaires.

Jonathan est un jeune qui, comme plusieurs, rêve d’acheter des maisons pour en faire la location.

Il décide donc d’acheter sa première maison dans le but de
la louer. Cette maison avait été rénovée par un promoteur qui lui, achetait des
maisons pour les rénover et les revendre aussitôt. Dans notre langage
immobilier, on appelle ça un FLIP.

Au moment où Jonathan l’achète, la maison est donc prête
pour en faire la location.

C’est ici que Jonathan découvre assez rapidement que la
location d’une maison, ce n’est pas si simple et qu’il lui faut être très
prudent. Il ne veut pas vivre une histoire d’horreur comme on en entend trop
souvent. Il prend conscience que louer une maison, c’est quand même un risque et
qu’il vaut mieux en connaître plus que pas assez sur les occupants qui
habiteront son précieux investissement. Enfin, il choisit des locataires et
espère avoir fait le bon choix.

C’est parti! Les locataires sont corrects, mais le seul
problème est qu’ils sont nombreux à venir habiter la maison. Plusieurs adultes,
des enfants… Une maison de trois chambres attire assurément des familles plus
nombreuses. C’est pourquoi il est important de s’entendre avec le nouveau
locataire sur le nombre de personnes qui viendront habiter la maison. Une fois
que le bail est signé, c’est difficile d’y apporter des changements.

Pour Jonathan, il a eu la chance que rien de trop grave
n’arrive. Mais plus le temps passe et plus Jonathan réalise que louer des
maisons n’est pas une mince affaire. Il décide de mettre la maison en vente pour
se lancer dans un autre projet moins risqué.

Avant de procéder à la vente, il décide de faire certains
travaux. Il engage des entrepreneurs pour refaire le sous-sol et y ajouter deux
chambres à coucher. Il se dit que c’est « vendeur » une maison avec
des chambres au sous-sol.

Les travaux s’éternisent, les entrepreneurs ne viennent pas
tous les jours comme prévu et les locataires se plaignent du bruit. Disons que ce
n’était pas très évident pour tout le monde.

Comme les travaux commencent à lui coûter pas mal cher,
Jonathan nous appelle pour nous demander de faire une évaluation qui
déterminera combien il pourra obtenir pour sa maison, une fois les rénovations
terminées. Nous allons faire la visite des lieux pendant que Jonathan nous
explique ce qui doit être fait.

Après avoir évalué la situation, et avant même de déterminer
un prix pour cette propriété, nous lui avons conseillé de limiter les travaux
et expliquer qu’il n’était pas nécessaire de construire deux nouvelles chambres
comme il l’avait prévu. La maison possédant déjà trois chambres à l’étage,
c’était déjà « vendeur" comme ça. On a tout de suite pu ressentir un certain soulagement de la part de
Jonathan.

Faire de gros travaux implique toujours du temps et de
l’argent, mais il est important de savoir que le choix des travaux ne fera pas automatiquement
augmenter le prix qu’on pourra demander pour la maison.

Nous avons donc conseillé à Jonathan de plutôt mettre son
énergie sur des choses plus évidentes pour l’œil des acheteurs potentiels:
désencombrer la salle de fournaise utilisée comme débarras; réparer les portes
des deux salles de bain et y installer les poignées qui manquaient; effectuer
de petits travaux peu coûteux qui allaient faire toute la différence dans la
cuisine; bien nettoyer toute la maison…

Si Jonathan nous avait invités à venir le conseiller dès le
départ, nous lui aurions démontré que sa maison n’avait pas besoin de si gros
travaux. Elle avait juste besoin d’un peu d’amour afin de mettre en valeur tous
ses points forts et son potentiel.

Il décide donc de limiter les travaux et de prendre en
considération toutes nos recommandations. Quel soulagement ce fut pour lui !

Un détail important restait à régler : les locataires
de la maison. Ils devaient accepter de quitter la maison dans un délai
raisonnable lorsqu’elle serait vendue.

Nous avons donc fourni à Jonathan le document nécessaire à
faire signer à ses locataires. Sans cette entente, Jonathan allait devoir
respecter les dates inscrites au bail avant de pouvoir reprendre possession de
la maison.

Bonne nouvelle ! Tout se passe bien et les locataires
acceptent de signer le document.

Une fois signée, cette entente sécurisera les nouveaux
acheteurs, particulièrement ceux désirant habiter la maison avant l’échéance du
bail.

Il peut arriver que les locataires refusent de signer une
telle entente. Dans ce cas, nous expliquons clairement la situation aux
acheteurs potentiels et nous transigeons avec ceux qui sont à l’aise dans ces
conditions. Cette situation est relativement fréquente et n’empêche aucunement
la vente d’une propriété.

Du côté de Jonathan, la maison peut maintenant être mise en
vente.

Nous décidons d’agir sur une fin de semaine très précise.
Les locataires acceptent de nous laisser la maison pour le week-end et nous en
profitons pour compléter le ménage et faire un peu de homestaging. Nous avons procédé à une visite libre étalée sur deux
jours, en espérant recevoir des offres d’achats.

Nos démarches portent fruit et nous recevons une offre
d’achat, que Jonathan accepte rapidement. La suite s’est déroulée parfaitement
et, bien vite, Jonathan a pu se concentrer sur ses autres projets.

Pour tous ceux et celles qui, comme Jonathan, souhaitent
acheter des biens immobiliers dans le but d’en faire la location, nous
conseillons fortement de maîtriser les lois de la Régie du logement. Il est
également essentiel d’en connaître plus sur les futurs locataires (solvabilité,
références des anciens propriétaires, etc.)

Comme courtiers immobiliers, nous pouvons aussi vous
soutenir dans la gestion de vos locations. Nous vous fournirons tous les
renseignements nécessaires pour trouver les locataires parfaits en plus de vous
renseigner sur une foule de petits (et gros) détails.

Quand nous conseillons à nos clients d’investir en
immobilier, c’est que nous savons qu’il est pratiquement certain que leur investissement
prendra de la valeur.

Avant d’investir votre argent durement gagné,
prenez le temps de nous appeler. Nous pourrons assurément vous aider.

Par 97986

Laissez-nous un commentaire